L’histoire de JAMII

JAMII est un mot en swahili qui signifie « communauté ». Le swahili est l’une des quatre langues nationales de la République démocratique du Congo et également l’une des langues les plus parlées en Afrique subsaharienne. À travers notre association, nous voulons remettre au centre des discussions une seule communauté : celle des êtres humains.

Lors de la conception de notre association, deux faits marquants ont bouleversé le monde entier : la pandémie du Covid-19 et l’assassinat de Georges Floyd. Cependant, l’élan de solidarité a rapidement laissé place à une vague de révolte mondiale tant exceptionnelle qu’inattendue. Nous avons alors observé une scission qui est entrain de se créer dans notre société. En effet, ces événements ont fait resurgir des sujets houleux dans l’actualité tels que les violences policières, le racisme systémique ou encore le passé colonial de la Belgique.

Selon nous, ces sujets nécessitent une réflexion profonde et un débat de fond concernant le monde dans lequel nous voulons évoluer ensemble. Quel héritage laisserons-nous aux futurs générations? Comment réunir des personnes diversifiées autour d’un projet commun ?

Bruxelles, capitale de l’Europe est une ville qui rassemble plus de 182 nationalités et origines différentes et l’une des villes les plus cosmopolites au monde. C’est dans cette ville si animée que nous avons décidé de concevoir un projet de cohésion sociale et de vivre ensemble autour d’une thématique fondamentale pour nous : L’ÉDUCATION. L’éducation est la base de toute société. C’est ainsi que nous avons basé notre vision sur trois axes dont le socle est l’éducation : la culture, l’histoire et le sport. Ceux-ci permettront de réunir un ensemble de personnes diverses autour d’un projet commun afin de créer du lien social.